Make your own free website on Tripod.com

22 mars 2005 : ce blog a déménagé, retrouvez-le à www.insidetheusa.net

10.28.2004

Les médias d'aujourd'hui aux Etats-Unis.

(via Brèves de fast-food)

Democracy Now!, une organisation qui promeut l'indépendance des médias aux Etats-Unis, propose une vidéo sur le thème de la couverture de la guerre en Irak. Le reportage est édifiant.
Voir la vidéo (durée : 30 mn).

Pour un bref compte-rendu en français (je pense à vous), la journaliste parle de la façon dont les médias américains n'ont proposé qu'une vision partielle, partiale et édulcorée de la guerre. Pour exemple, elle cite la journée de la chute de la statue de Saddam Hussein.
Sur CNN, les téléspectateurs américains ont vu et revu la statue qui tombe, la même vidéo passant et repassant sans arrêt.
Sur CNN International, que capte donc le reste du monde - mais pas les américains - on avait droit à la même scène, mais cette fois l'écran était partagé en deux. Une moitié pour la statue défaite de son piédestal et une autre moitié montrant des scènes avec les victimes civiles irakiennes en sang... Perturbant, c'est le moins qu'on puisse dire.

Ainsi, nous dit-elle, "je ne parle pas de la différence entre CNN et AL Jazerra. Je parle de la différence entre CNN et CNN International. Cette compagnie sait exactement ce qu'elle fait. Ce qu'elle propose pour la diffusion domestique et ce qu'elle propose au reste du monde."
Incroyable... mais vrai.
Et de poursuivre en interrogeant un responsable américain de CNN : "il a dit, certaines de ces images [de victimes civiles en sang] sont de mauvais goût" (!), "qu'il est difficile de les obenir [CNN avait été expulsé de Bagdad au moment des faits]". "D'accord, mais CNN n'avait aucun souci, ni aucun scrupule à montrer les images des bombardements, ces fameuses scènes style feu d'artifice, couleur verdâtre"...

Elle explique ensuite qu'elle donnait une conférence, expliquant comment Al Jazerra diffusait ces images de victimes civiles... A la fin, un journaliste de Berlin, vint lui expliquer : "ce n'est pas juste Al Jazerra qui les montre. Dans toute l'Europe, nous les voyons, nuit et jour."

Mais voilà, apparemment, le public américain doit être traité différemment... Et ça peut expliquer pourquoi, il n'y pas eu les mêmes mouvements de répulsion ici, qu'en Europe par exemple. Simple manque d'informations objectives, discours monomaniaques ("très peu de victimes civiles"), et voilà... On endort un pays tout entier. Comme la journaliste le demande si bien : "si ça avait été une télévision d'Etat, en quoi cela aurait-il été différent ?"
On peut lui répondre : en rien... Amis américains, il faut se réveiller... Heureusement, l'espoir est de mise, d'après les derniers sondages.

0 Commentaires :

>>Laissez votre commentaire